Nos sources d’inspiration

La vulnérabilité, clé des relations de Véronique Brard

Si la pulsion fondamentale de l’être humain est celle du lien, il est essentiel de comprendre comment il s’établit, se nourrit, se blesse, perdure ou se rompt.
Mettre à jour notre vulnérabilité et la respecter, c’est se servir de notre ressenti et de nos émotions comme signaux, reconnaître ce qui nous habite, équilibrer nos polarités, canaliser notre pouvoir, retrouver l’autonomie et la liberté dans les relations.

L’auteur détaille la place es subpersonnalités et des automatismes énergétiques dans nos rapports privés comme sociaux : le couple et la famille, le monde professionnel, la relation thérapeutique…
C’est le message de cet ouvrage : devenir conscient de la danse des énergies en nous et dans nos relations avec les autres.

Véronique Brard, psychothérapeute, formée par Robert Stamboliev et Hal et Sidra Stone, enseigne la psychologie des subpersonnalités.

Le dialogue intérieur de Hal et Sidra Stone

Ce livre est un outil puissant d’évolution, fruit d’une riche expérience : il nous fait découvrir « notre famille intérieure », c’est-à-dire nos subpersonnalités. Certaines sont au-devant de la cène, comme le protecteur/régisseur, le « gentil » ou « l’activiste », et nous pouvons aisément les sentir en nous ; d’autres sont infiniment plus cachées, refoulées au fil des expériences, comme « l’enfant intérieur » : elles sont pourtant vivantes et nous causent bien des surprises. Chacun de nous en possède un régiment incroyable. De nombreux exemples au fil des pages nous permettent de les situer. Apprendre à connaître nos subpersonnalités reniées constitue une part importante de la croissance personnelle. C’est l’objet de la méthode mise au point par Hal et Sidra stone ; elle permet d’établir un dialogue avec notre famille intérieure, et ainsi une réelle intimité avec nous-même.

C.G Jung ou l’expérience du Divin de JJ Antier.

Carl Gustav Jung (1875-1961) est le plus déconcertant des fondateurs de la psychanalyse. Jeune médecin psychiatre, il rencontre Freud en 1907 à Vienne. C’est un coup de foudre intellectuel réciproque. Trois ans plus tard, Freud qui vient de fonder la psychanalyse, le désigne officiellement, comme son héritier. Mais les deux hommes se brouillent en 1912, jusqu’à la rupture définitive en 1914.

Jung fonde alors sa propre école. Selon lui, la sexualité n’est pas seule à régir le comportement humain et il réfute l vision matérialiste athée de Freud. Esprit libre et curieux, il vit de bouleversantes expériences spirituelles qu’il étudie et décrit objectivement.

Grâce à la correspondance la plus secrète de Jung et aux témoignages de ses proches, l’auteur met en lumière la complexité de ce génie dans sa diversité intellectuelle, spirituelle, scientifique et charnelle. sous l’emprise des forces intérieures U4IL AVAIENT 2VEILL2ES ? Jung pouvait devenir destructeur, quand les extrêmes se mettaient à fusionner. Cependant à la fin de sa vie, il réalisera l’union des contraires, l’expérience mystique essentielle.

Dans cet ouvrage, Jean-Jacques Antier explore plus particulièrement la relation complexe que Jung entretint toute sa vie avec le phénomène religieux et la spiritualité. Dans son style agréable et fluide, évitant le langage spécialisé qui marque souvent ce genre, il découle l’histoire fascinante de l’un des plus grands thérapeutes du XXeme siècle. Un homme pour qui « la découverte de l’inconscientouvre l’occasion d’une grande aventure de l’esprit ».

L’élan sociodynamique de Jean-Christian Fauvet

La sociodynamique (le mouvement par les hommes) facilite l’exploration des modes d’organisation et de management qui contribuent à atteindre un haut niveau d’efficacité.

Cette nouvelle édition totalement remaniée de l’ouvrage Sociodynamique, concepts et méthodes présente les avantages et les inconvénients des quatre grands types d’organisation : mécaniste, individualiste, tribale et l’auto-organisation. Elle regroupe idées, méthodes et pratiques destinées à transformer le travail des salariés en jeu, cette activité banale et exaltante à la fois où se combinent étroitement stress, plaisir et performance.

L’accompagnement : une posture professionnelle spécifique de Maela Paul

L’idée d’accompagnement a envahi depuis une quinzaine d’années tous les secteurs professionnels de la relation à autrui : thérapeutique, social, formatif ou mangement… Pour autant, désigne-t-elle un champ unifié de pratiques ? Peut-on, à travers la diversité des accompagnements (coaching, counselling, tutorat, mentorat, parrainage, compagnonnage…), identifier des problématiques qui ont un « air de famille » ? Puisque la thématique n’est pas nouvelle, pourquoi ressurgi-elle aujourd’hui avec autant de force ?

Finalement : qu’est-ce que l’accompagnement et qu’est-ce qu’accompagner veut dire ?

Cette réflexion constitue une exploration du phénomène social que constitue la vogue de l’accompagnement. Elle soumet la prolifération dont est l’objet à quelques principes organisateurs. Elle propose des repères pour déchiffrer tant ses usages sociaux que l’acte d’accompagner. Elle tente enfin de comprendre, au regard de la post-modernité, la spécificité d’une posture issue d’un fond traditionnel (initiatique, maïeutique, thérapeutique).

A la fois porté par un mouvement de désubstantialisation et pris dans le jeu de la régulation sociale, l’accompagnement apparait comme une figure de l’absence, la marque en creux de ce qui existait antérieurement.

Cet ouvrage s’adresse à tout professionnel questionné par l’émergence de la fonction d’accompagnement : formateur, conseiller, consultant, éducateur, thérapeute.

Surfer la vie de Joël de Rosnay

Comment construire et penser le monde de demain ? Dans ce livrez audacieux et visionnaire, le célèbre scientifique démontre que notre société est en train de changer de visage. Non plus fondée seulement sur des rapports de force mais sur des rapports de flux, non plus guidée par l’individualisme exacerbé ou par la logique de l’affrontement mais sur la nécessaire solidarité. L’avènement de cette société de la fluidité est inspiré notamment par les sciences qui depuis plusieurs décennies expliquent que les liens ou les interactions sont plus importants que les éléments matériels qui constituent notre monde physique ou biologique. Et ce nouveau regard nous invite à aborder autrement les grands défis actuels : économiques, sociaux, environnementaux.

« Je propose une nouvelle approche pour construire ensemble l’avenir et sur-vivre à la complexité du monde et à son accélération. C’est la société fluide. En tant que prospectiviste, mais aussi surfeur de l’océan et d’Internet, j’ai choisi le surf comme fil rouge de ce livre. Ne dit-on pas surfer Internet, sur les sondages, sur l’opinion publique, sur les valeurs ? Le surfeur ne crée pas de vague, par nature aléatoire et chaotique, il utilise sa force, sa puissance pour le plaisir, le défi vis-à-vis de lui-même. Surfer la vie, c’est savoir profiter et jouir de l’instant, être à l’écoute de son environnement, de ses réseaux, évaluer en temps réel les résultats de son action et s’adapter à l’imprévu. Je souhaite fournir à chacun des clés pour surfer harmonieusement sa vie. »

Esprit Zen Esprit Neuf de Shundryu Suzuki

Shundryu Suzuki, de la lignée du Zen Soto, était un descendant spirituel direct du grand Dogen. En 1958, à cinquante-trois ans, maître Zen déjà profondément respecté au Japon, Suzuki-roshi vient aux Etats Unis et s’installa à San Francisco. Ceux qui voulaient se joindre à sa pratique firent éclore sous sa direction le groupe de méditation dit Zen Center qui a essaimé en septe centres, y compris le Zen Mountain Center, premier monastère zen hors d’Asie. Il était sans conteste l’un des plus influents maître zen de nos jours. Ce livre est né d’entretiens familiers, en Californie.

De l’estime de soi à l’estime du soi de Jean Monbourquette

La psychologie de l’estime de soi a oublié ses racines spirituelles. D’ailleurs, la psychologie dans son ensemble s’est éloignée de toutes formes de spiritualité. La foi chrétienne, quant à elle, peine à s’ouvrir aux richesses de l’inconscient. au point que, entre croissance psychologique et épanouissement personnel, il s’est creusé un fossé presque infranchissable. Il importe donc d’aller enfin du soi, d’un « je » fort, à l’accueil du Soi, cette identité spirituelle profonde en chacun.

En effet, d’un soin thérapeutique qui ignore l’âme méconnaît l’importance de la spiritualité dans la construction de soi. Une spiritualité qui se coupe de l’apport de la psychologie devient stériel. Une foi chrétienne qui néglige les profondeurs de l’inconscient et les approts d’autres spiritualités se rétrécit. Le lecteur trouvera ici des méthodes et des techniques pour passer sans confusion et avec profit de l’un à l’autre de ces univers. Plus particulièrement, il découvrira les articulations et les affinités entre bienveillance envers soi-même et l’accueil du Soi, c’est-à-dire d’une intériorité habitée par le divin. Cette double dynamique prpéare et accompagne toute maturité spirituelle.

Le pouvoir du moment présent de Eckhart Tolle

Pour entreprendre ce périple vers le pouvoir du moment présent, il nous faut laisser derrière nous notre esprit analytique et le faux moi qu’il a créé, c’est-à-dire l’ego. Dès le début du premier chapitre, nous nous élevons rapidement vers des hauteurs où nous pourrons respirer un air plus léger propre à la spiritualité. Même si le périple où Eckhart Tolle nous emmène présente des défis, le langage qu’il emploie est simple et le format question-réponse qu’il a choisi constitue un guide rassurant. Les mots ne sont eux-mêmes que des panneaux indicateurs.

Si nous réussissons à être totalement dans l’ici et maintenant et à faire chaque pas dans le moment présent, si nous réussissons aussi à vraiment appréhender les réalités qui sont notre corps énergétique, le lâcher prise, le pardon et le non-manifeste, nous saurons nous ouvrir au pouvoir transformateur de l’instant présent.

« L’être est la vie éternelle et omniprésente. Il existe au-delà de toutes formes assujetties au cycle de la vie et de la mort. L’être vous est accessible maintenant comme étant votre véritable nature. Mais n’essayez pas de le comprendre avec votre mental. Vous ne pouvez le saisir que lorsque votre mental s’est tu et que vous êtes pleinement et intensément présent. Retrouver la conscience de l’Etre et se maintenir dans cet état de réalisation, c’est cela l’illumination. »

Le développement de la personne de Carl Rogers

C’est en 1966 que paraissait le développement de la personne, traduction française du best-seller de Carl Rogers On becomming a Person dont le succès a grandement contribué à la renommé des travaux sur la non-directivité auprès du public francophone.

Dans cette œuvre maîtresse pour tous les professionnels de la psychologie sociale, Carl Rogers met l’accent sur les différentes formes de la communication.

Il s’intéresse particulièrement aux formes de relation d’aide (thérapeutiques, pédagogiques), qui favorisent une meilleure appréciation des ressources latentes de l’individu, ainsi qu’une plus grande possibilité d’expression. Il démontre que la psychothérapie est une rencontre particulière entre le thérapeute et son patient : les facteurs opérants de la part du thérapeute sont ses dispositions profondes à l’égard de l’autre, son degré d’authenticité et de cohérence interne.

Cet ouvrage est une excellente introduction à la technique rogérienne. Il s’adresse aux psychologues, psychiatres, professeurs, éducateurs, conseillers et spécialistes de l’organisation du travail, et à tous ceux qui sont concernés par les problèmes de relations humaines.